jeudi 16 juin 2016

N comme NOYER

Famille souche



Source : Carte de Cassini. 121. [Vaison-la-Romaine] (BNF)

Quand on travaille en généalogie descendante, on part d’un couple d’ancêtres lointains et on redescend de branches en branches. Dans mes recherches drômoises, j’ai entrepris plusieurs études descendantes, et notamment la famille NOYER.

Dans sa monographie familiale, Louis SOUBEYRAN (1877-1943), historien de la région de Dieulefit, fait remonter les NOYER jusqu’à Pons NOYER, qui vivait à Comps dans la première partie du XVIe siècle. Il avait au moins un fils Jacques, lui-même père de Henry. Au fil des actes notariés, on a tenté de reconstituer la généalogie des premières générations des NOYER.


Tentative de reconstitution des premières générations de la famille NOYER de Comps

A cette époque, les NOYER semblaient bien implantés à Comps. A la génération suivante de cette branche ainée, on trouve Jean, (notaire royal à l’origine d’une dynastie de notaires jusqu’au XIXe siècle), et David, châtelain de Comps.


"Souvenirs de guerre" par Marc Rialhe et Jean Sauvageon, dans Etudes drômoises, n°35

Je descends 3 fois de Pons NOYER, notamment par Jeanne, fils de David le châtelain, qui mourut très âgée d’environ cent années le 1er janvier 1724.


Source : AD Drôme


Pour le moment, j'ai dénombré 24.000 descendants de Pons NOYER depuis le XVIe siècle, mais c’est sans compter les blocages, les enfants qui ont dû partir de la région pour fonder un nouveau foyer dans d’autres contrées. Preuve que la généalogie n’est jamais finie...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire